Employés

You are here

L’approche du Nunavut

L’approche du Nunavut pour avancer en période de COVID-19 

Déterminés dans notre approche, prudents dans nos choix.

Quand nous voyageons dans la toundra, notre avancée ne se fait jamais en ligne droite. Nous devons trouver des sentiers et surmonter des obstacles. Même quand la voie semble libre devant, les conditions peuvent changer à tout moment. À cause de cette incertitude, les Nunavummiuts savent quand il est bon de s’arrêter, de réévaluer et même de rebrousser chemin. Le but est d’arriver à destination en sécurité, non pas rapidement.

L’approche du Nunavut se fonde sur les mêmes principes. Nous avons tous fait des sacrifices durant la pandémie de COVID-19, et grâce à ces efforts combinés, nous pouvons enfin poser des gestes pour relâcher les mesures sanitaires et commencer à reprendre les activités qui nous passionnent. Nous devons cependant rester prudents et nous assurer que tous ces sacrifices ne soient pas en vain. C’est la raison pour laquelle le relâchement des mesures sanitaires doit être flexible et adaptable. Nous devons savoir quand nous arrêter, quand réévaluer et quand revenir sur nos pas.

Nunavut est unique. Notre caractère distinct a contribué à nous protéger contre la menace de la COVID-19 et, à présent, il nous aide à tracer la voie à suivre. Nous serons guidés par l’évolution de la situation dans les instances voisines et, à cause de cela, les restrictions sévères qui s’appliquent à nos frontières doivent demeurer en place.

L’administrateur en chef de la santé publique prendra les décisions concernant les mesures sanitaires qui peuvent être levées ou modifiées. Nous allons de l’avant, et bien que la voie devant nous ne sera pas toujours claire, les Nunavummiuts sauront naviguer comme ils l’ont toujours, c’est-à-dire ensemble.  

 

L’approche du Nunavut pour avancer en période de COVID-19
L’approche du Nunavut : Foire aux questions
L’approche du Nunavut : Lignes directrices

 

Le 29 juin 2020
Mesures
  • La limite des rassemblements extérieurs est à présent augmentée à 50 personnes.
  • La limite des rassemblements intérieurs est augmentée à 10 personnes. Pour les habitations privées, cela signifie que 10 personnes peuvent s’y retrouver en plus de celles qui y résident habituellement.
  • La limite des rassemblements dans les lieux de culte, établissements de congrès, salles communautaires, salles de réunions offertes en location, et les rassemblements organisés par le gouvernement du Canada, celui du Nunavut, les organismes municipaux ou les organisations régionales inuites, est à présent de 50 personnes ou de 50 % de la capacité de l’établissement, selon le moindre des deux.
  • Les centres jeunesse et les camps de jour peuvent reprendre leurs activités.
  • Les établissements de soins à long terme peuvent accueillir un petit nombre de visiteurs. Une ou deux personnes à la fois pourront visiter un résidente ou résident, et ces personnes doivent faire partie de la famille immédiate.
  • Les prestataires de services personnels peuvent rouvrir leurs portes pour des séances en personne. 
  • Les bars et les restaurants peuvent rouvrir leurs portes et fonctionner à la moitié de leur capacité. L’appel pour la dernière tournée de service d’alcool doit se faire à 21 heures.
  • Les églises et les théâtres peuvent rouvrir leurs portes.
  • Les centres d’entrainement (exclusivement pour les activités en solo) et les piscines (pour la nage en couloir seulement) peuvent rouvrir leurs portes.
  • Les cliniques de soins dentaires, de physiothérapie, de massothérapie et de chiropraxie peuvent reprendre leurs activités. Elles doivent offrir de l’équipement de protection individuelle adéquat sur demande.
  • La réouverture des lieux de travail et des magasins de détail est permise à condition que des mesures de sécurité y soient en place.
  • Les galeries, les musées et les bibliothèques peuvent rouvrir leurs portes pour la clientèle individuelle. Les activités de groupe demeurent interdites.
  • Les possibilités d’évaluations de santé en personne sont accrues dans les centres de santé à travers le territoire.
  • Les établissements de garde d’enfants peuvent reprendre leurs activités normales.
  • Les parcs territoriaux sont rouverts pour les activités de plein air seulement. Tous les édifices des parcs demeurent fermés.
  • Les terrains de jeux municipaux sont à nouveau accessibles.